Le 4 éme Edition du Festival, en 2002, a été un véritable succès, pour ce festival qui est devenu le premier festival Country de la région Sud. Les ingrédients de cette réussite, c'est un savoir faire, alliant spectacle, musique, danse, choix dans la programmation, et ambiance festive, comme l'explique Gérard Vanderborck, directeur du Festival.
Gérard Vanderborck, cette 4 ème édition 2002 du festival de la French Country Riviera se termine, quelles sont pour vous, à chaud, les grandes différences entre cette édition et celle de l’année dernière en 2001 ?

La première grande différence c’est la structure, nous sommes cette année dans un village très convivial, ou tout le monde a trouvé ce qu’il désire, partenaires et spectateurs.

Nous avons une enceinte délimitée et fermée, une piste de danse de 120 m2 éclairée par deux grandes structures, alors que l’année dernière en 2001 nous étions dans le noir, et disposée de façon à laisser un libre accès à l’évolution des danseurs, ceci sans gèner le public qui regarde les concerts et la scène centrale.
Dale Watson, Gérard Vanderborck - pendant un tournage télé.
Cette formule est originale et nous avons cherché à l’adapter à ce qui se fait aujourd’hui dand l’hezagone.
En terme de programmation, nous avons mis l’accent sur des groupes Français, locaux, de jeunes espoirs qui sont dans la mouvance actuelle, c’est-à-dire faisant le lien en la danse Country et la musique.
C’est le cas des Hillboys et des Country Roads qui évoluent de façon différente mais avec le même esprit.
Et nous avons mis des groupes plus affirmés comme les Road Riders et les Hawkins, ainsi bien sûr que des vedettes américaines comme Dale Watson. ou les Moody Brothers.
Comme le dit Nice Matin aujourd’hui, c’était un festival festif, ce qui est bien adapté à notre région.
Un public passionné, alors que les danseurs évoluent sur la gauche, avec une
piste spécialement dédiée et éclairée.
Une grande piste pour la danse, éclairée le soir.
Danse dans la ville, avant le concert avec APCM PACA
Au niveau de la scène, c’est très professionnel, avec un éclairage très sophistiqué.

Oui, nous avons une scène de 15m x 10 de l’ordre de grandeur des scènes de Mirande ou de Craponne, avec un design très sophistiqué et deux fois plus de lumières que l’année dernière, et surtout un design de lumière extrèmement important, avec par exemple des fonds de scène changeant par projection, ce qui a énormément plu aux batteurs.
En 2003, nous améliorerons encore.

Quelle est votre démarche au niveau de la programmation ?
Rendez-vous de Bikers, le festival accueille une collection impressionnante de
belles Harley dans un cadre de verdure.
Le festival de Cagne est très spécial car notre public n’est pas le même que dans les autres Festivals en France.
Nous sommes à quelques minutes de la mer, entre Nice et Cannes, au soleil de la Côte d'Azur ou se tient énormément de festivals de toutes sortes.

Notre public est donc un public de curieux et de touristes, mais aussi d’amateurs qui aiment la country music et aussi énormément de danseurs.

J’ai donc construit la programmation pour correspondre à ces trois composantes qui sont la base d’un bon festival Country en France.
Johnny Da Piedade, du Billy Bob's de Disney Village,
présente le Festival.
Cette année, nous avons mis l’accent sur des groupes Français, locaux, de jeunes espoirs qui sont dans la mouvance actuelle, c’est-à-dire faisant le lien en la danse Country et la musique.

C’est le cas des Hillboys et des Country Roads qui évoluent de façon différente mais avec le même esprit.

Et nous avons mis des groupes plus affirmés comme les Road Riders et les Hawkins, ainsi bien sûr que des vedettes américaines.
Depuis deux ans j’avais misé sur Dale Watson, ce "Truck Driver", incarnanant le chanteur conducteur de camion Américain, qui a vécu et qui renait aux USA,
Dale Watson et Ryckie Davis à la Pedal Steel.
Il y avait avec lui Ryckie Davis, un pedal steel excellent, ainsi qu'un bassiste formidable, c’est une composante traditionnelle dans le modernisme.
Carlton Moody, lui, se produit à Disney depuis plusieurs années dans une ambiance Honky Tonk, et j’ai fais un pari sur Carlton par rapport à Georges Hamilton, qui lui sera là en 2003, je l'espère.
Le rock country n’est pas encore très à la mode, c'est pour cela que j'ai eu cette préférence.

Avec cette programmation, nous avons rendu heureux pendant deux soirées tout ce public, près de 5000 personnes, présentes dans ce beaux cadre de verdure à 5 mn de la mer.
Linda et les Road Riders.
Suite de l'interview : Cliquez